Les puces Telma pour le partage d’informations

Partager toutes les informations concernant le déroulement des études, le calendrier des séances de regroupement et celui des examens. Et cela, en temps réel. C’est la stratégie mise en œuvre par le Centre National de Télé-enseignement de Madagascar (Cntemad) en ayant concrétisé le partenariat avec Telma depuis l’année dernière. Un partenariat qui s’est basé sur la dotation de serveurs, d’une connexion Internet et sur la distribution de puces de cellulaires pour tous les étudiants. « Là-dessus, des précisions s’imposent. En effet, on a procédé ainsi afin de s’assurer que toutes les informations concernant les études soient transmises plus rapidement. Ces informations concernent les notes attribuées, les dates d’examen et celles des séances de regroupement, les ouvrages à utiliser. Ces puces ont été distribuées depuis l’année dernière, au moment de l’inscription des étudiants. Ainsi, s’ils les utilisent à bon escient, ils ne devraient rater aucune information concernant leurs études », précise Djohary Andrianambinina, directeur national du Cntemad. Il a tenu à apporter ces éclaircissements face aux rumeurs qui circulent indiquant que rien ne va plus dans son établissement. Il rajoute: «D’ailleurs, nous continuons toujours à envoyer toutes ces informations à jour par voie postale».

17 000 étudiants. Le Cntemad n’est pas un établissement privé. Il est rattaché au ministère de l’Enseignement Supérieur. Créé en 1993, raison d’être: donner de la chance aux étudiants qui n’ont pas pu être acceptés dans les universités publiques. A l’heure actuelle, plus de 17 000 étudiants y sont inscrits. « Cependant, le taux de réussite global avoisine toujours les 30%. L’administration n’intervient jamais pour améliorer les notes attribuées aux étudiants. Les enseignants ont été toujours souverains dans leur décision. Ce qui peut donc expliquer les mauvaises notes », renchérit Djohary A. Quoi qu’il en soit, de nombreuses améliorations ont été apportées au niveau du Cntemad, entre autres, l’intégration de trois nouvelles filières (Génie industriel, Télécommunication et Sciences économiques), l’installation d’un nouveau logiciel de Gestion intégrée. Sans oublier l’amélioration du logo de l’établissement et la concrétisation d’un contrat avec l’Enam pour des échanges de services entre les deux parties.

Arnaud R.